Le Cabinet

Axel Metzker, Avocat

09 83 77 35 78

125 rue fbg. Saint-Honoré

75008 Paris

dessin Metzker janvier 2015

AXEL METZKER

Droits de l’Homme

Exclusivement tourné vers les libertés publiques et les Droits de l’homme, Axel Metzker intervient régulièrement dans les dossiers relatifs aux atteintes aux droits fondamentaux. (Droit des libertés publiques et des droits de l’homme, droit de la famille, le droit des successions, placement abusif des enfants, expulsion locative, droit des étrangers, droit du divorce, droit de la presse, droit commercial, droit bancaire, droit civil, droit administratif).

Depuis l’affaire Selam, Axel Metzker a une connaissance affirmée de toutes les questions liées à « l’irresponsabilité mentale ». Axel Metzker a été reçu à L’Elysée et à plusieurs reprises au Ministère de la Justice pour discuter des difficultés posées par l’article 122-1 du code pénal (l’irresponsabilité).

Axel Metzker intervient régulièrement dans les Préfectures et auprès des tribunaux administratifs pour défendre ses clients étrangers et conteste la politique de « stigmatisation des étrangers ». Il intervient également pour empêcher les expulsions locatives.

Il pratique régulièrement le référé liberté pour protéger ses clients et intervient auprès des huissiers pour contester les saisies.

AXEL METZKER

Lutter contre le négationnisme et les actes antisémites

Maître Metzker intervient régulièrement pour dénoncer le négationnisme et les actes antisémites ou antijuifs. Il a poursuivi pendant plusieurs années l’assassin de Sébastien Sélam (mort le 20 novembre 2003 à Paris). Il dépose plainte régulièrement contre les auteurs des actes antijuifs. Il défend plusieurs parties civiles dans le dossier des attentats de l’hyper casher (9 janvier 2015).

AXEL METZKER

La thèse sur André Broc – 7 septembre 2005

Axel Metzker devient Docteur en droit le 7 septembre 2005 avec la mention très honorable. Son sujet de thèse de droit est La doctrine juridique de professeurs de droit face à la qualification juive issue du statut des Juifs et de la thèse d’André Broc : de la théorie juridique à la pratique criminelle antisémite sous le régime de Vichy (1940-1944). Son directeur de recherche est Maître Serge Klarsfeld. Le Président du jury de thèse est le Professeur agrégé de droit privé et de sciences criminelles, François Terré. Sa thèse est consultable au Mémorial Yad Vashem à Jérusalem.

L’affaire Broc est au cœur de la thèse de droit d’Axel Metzker, puisque l’auteur fait des révélations sur André Broc (1909-1997), auteur d’une thèse de droit : La qualification juive soutenue le 15 décembre 1942, à l’Université de droit de Paris.

L’auteur évoque le rôle d’André Broc dans la persécution des juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale, tant sur le plan de la doctrine que sur le plan de la pratique au sein de la Préfecture de police.

La thèse explore le fonctionnement interne de la Préfecture de police sous Vichy, et notamment la mise au point du fichier juif surnommé « Fichier Tulard ». André Broc et André Tulard travaillent ensemble au sein de la préfecture de police.

La thèse est également un panorama du milieu juridique de l’époque notamment celui des Professeurs de droit face au Statut des juifs et face à l’occupant : de la Résistance au collaborationnisme. L’auteur évoque les voyages à Berlin en 1942 du Professeur Achille Mestre (Directeur de thèse de Broc) et enfin l’épuration de nombreux professeurs de droit à la fin de la guerre (Georges Burdeau, Achille Mestre, etc.)

Selon Serge Klarsfeld, « Comment expliquer le soutien accordé par les Professeurs de droit aux thèses anti-juives. L’exemple le plus frappant a été révélé dans la thèse d’Axel Metzker soutenue en 2005 à l’université de Paris 12 et intitulée « La doctrine juridique de professeurs de droit face à la qualification juive issue du statut des juifs ».

Axel Metzker a découvert qu’André Broc (ancien élève de Sciences Po Paris (1933), auteur de la thèse « La qualification juive » n’était pas seulement un fonctionnaire de la Préfecture de police comme l’avaient déjà écrit Marrus et Paxton ; mais qu’au sein de la sous-direction des Affaires juives, André Broc avait la haute main sur la qualification juive. Il était le spécialiste de la définition du « juif » en 1942. Dans les cas de 2200 personnes (Les indépendants) que la sous-direction des affaires juives ne savait pas reconnaître en tant que juifs et qui auraient dû ne pas être déportés, André Broc a procédé à une « révision de leurs cas » aboutissant pour environ 500 d’entre eux, à être qualifiés par lui de Juifs, et à prendre la direction d’Auschwitz.

LIRE LA SUITE

La qualification juive